Négociation Accord Télétravail

(Date de l'article : 26/11/2020) 
 

Depuis mi-novembre ont débuté les négociations sur un nouvel accord Télétravail, car le précédent arrive à échéance fin 2020.

Attention : Cet accord ne traite pas de la situation actuelle où de nombreux salariés sont appelés à faire du travail à domicile. Ne sont concernés que les salariés qui signent un avenant à leur contrat de travail pour définir les conditions de mise en œuvre de leur activité hors de leur site.

Voici les propositions que nous défendrons (l’ordre des propositions n’est pas lié à des priorités) :

  1. – Ne pas considérer que le Télétravail doive se faire obligatoirement à domicile. En effet, on voit fleurir de plus en plus de lieux de co-working (en dehors des sites du groupe) et il faut envisager d’autoriser les salariés à faire du télétravail dans ces lieux.
    o Prise en charge par la direction du même type de remboursement des frais associés (frais de ‘location’, assurance, …) quel que soit le lieu du télétravail

  2. – de l’expérience du travail à domicile COVID on doit pouvoir élargir la liste des métiers éligibles et que cette liste soit adaptée au terrain et non pas défini de manière unilatérale par les directions
  3. – Ouvrir le Télétravail à tous les salariés à temps partiel avec présence de 2 jours/sem sur site nécessaire.
  4. – Ne plus limiter la possibilité de Télétravail à 1 jour par semaine mais l’ouvrir jusqu’à 3 jours par semaine et ajouter de la souplesse au caractère fixe des jours : anticipation/report possible d’une semaine.
  5. – Nous portons une forte attention aux réponses que doit donner l’employeur en cas de refus. Il faut que ces réponses soient dument motivées et qu’il y ait possibilité d’un recours si le salarié conteste ce refus
  6. – Supprimer le besoin de refaire une demande tous les ans. Y préférer une dénonciation avec préavis.
  7. – Au titre de l’accord QVT, les salariés disposent chaque année de 12 jours de télétravail occasionnel. Autoriser d’autres journées en cas de pics de pollution, intempéries, …
  8. – Amélioration de l’outil informatique pour pouvoir permettre l’accès aux serveurs NAS et aussi permettre une possibilité de connexion à un plus grand nombre de personnes en même temps.
  9. – Améliorer l’outil de visio-conférence, pour éviter les problèmes de déconnexions intempestives, pour partager facilement des fichiers, ……
  10. – Rappeler de façon plus explicite dans l’accord certaines règles QVT :
    • Durée max de travail à 10 heures par jour
    • Pas de courriel entre 19h et 7h
    • Supprimer le fait que les réunions doivent se faire en présentiel
    • Adapter l’organisation du travail aux télétravailleurs (charge, pas de flicage, …)
  11. – Les salariés en télétravail doivent avoir accès au même titre que les autres salariés à de l’information syndicale : autoriser l’utilisation raisonnable de la messagerie professionnelle pour les communications syndicales
  12. – Participation de l’entreprise aux frais d’équipement notamment ceux liés à l’ergonomie du poste (casque, 2ème écran, 2ème chargeur, fauteuil, …)

A ce stade des négociations, la direction a proposé une deuxième journée de télétravail avec plus de flexibilité dans la pose des journées et a pris notes de nos différentes demandes.
3 réunions sont prévues d’ici fin décembre pour aboutir à un accord plus ambitieux que celui proposé en ce début de négociation.