Le Foot et l’Aéro

Lien vers l’article des Echos : ADRIEN LELIEVRE – Le 31/01/2017

Le mercato d’hiver se termine ce 31 janvier. Les clubs de football britanniques font de plus en plus appel aux entreprises spécialisées dans la location de jets privés pour recruter des joueurs à la dernière minute.

Pour l’écrasante majorité des entreprises britanniques, le 31 janvier n’est qu’une journée comme les autres, au terme de laquelle les salariés avalent quelques bières au pub du coin pour oublier la pluie et le froid.

Mais pour les entreprises spécialisées dans la location de jets privés, le dernier jour du mois de janvier ressemble de plus en plus à une folle cavalcade rythmée par les coups de théâtre et les vols de dernière minute. La raison ? La fin du mercato d’hiver de football.

Chaque année, les clubs des grands championnats disposent d’une période d’un mois en janvier pour faire leur marché. L’occasion de recruter un nouvel attaquant si le titulaire du poste s’est grièvement blessé ou de se livrer à une razzia pour sauver une équipe menacée de relégation.

Les clubs flambent

Certes, outre-Manche comme ailleurs, le mercato d’été est encore le roi. Mais son petit frère hivernal gagne en importance à cause de l’explosion des revenus commerciaux et des droits télévisés à l’oeuvre depuis plusieurs années.

Cinq clubs britanniques figurent en effet dans le top 10 des clubs les plus riches de la planète (Manchester United, Manchester City, Arsenal, Chelsea, Liverpool), selon le classement annuel du cabinet Deloitte . L’argent coulant à flots – y compris dans les clubs de bas de tableau -, il faut bien le dépenser ! Lors du dernier mercato d’hiver, les clubs de Premier League ont déboursé 253 millions d’euros. Et leur chéquier a notamment flambé le 31 janvier.

Car ce jour-là, le marché des transferts devient fou. Après d’âpres négociations, les clubs augmentent de façon significative leurs offres pour recruter de nouveaux joueurs. Au risque de les surpayer. A l’inverse, certains clubs cèdent certains de leurs meilleurs éléments, convaincus qu’il vaut mieux mal les vendre le 31 janvier plutôt que de les laisser partir libres à la fin de la saison…

Course contre la montre

Seul hic : le transfert d’un joueur n’est valide que si le footballeur a signé son contrat et effectué sa visite médiale avant le 31 janvier. Aussi les clubs doivent-ils dépêcher dans l’urgence un jet privé pour que le footballeur arrive sur place dans les temps.

Trois ou quatre jours avant la « deadline », la demande auprès des entreprises de location de jets privés frémit. Mais le jour J, c’est le rush. Les réservations bondissent de 20 à 50% par rapport à une journée normale, rapporte le Financial Times .

De quoi donner des sueurs froides aux joueurs, aux clubs, aux supporters et aux pilotes de jets privés concernés. Le feuilleton est si haletant que les chaînes de sport et les sites d’informations spécialisés le couvrent de plus en plus en direct.

Ainsi, 70 jets privés sur les 200 en circulation au Royaume-Uni sont disponibles fin janvier pour les 20 clubs de Premier League. Ces appareils doivent être prêts à décoller à tout moment de Londres, Liverpool ou Manchester pour aller chercher un joueur en attente, tantôt à une centaine de kilomètres, tantôt à l’autre bout de l’Europe.

Résultat : la deuxième partie de saison des clubs britanniques se joue sur les terrains de football, mais également dans les cieux le 31 janvier. Quant aux entreprises spécialisées dans la location de jets privés, elles n’ont plus qu’à attendre le 31 août, date de la fin du mercato d’été, pour connaître une autre nuit folle.