Berenberg et le LEAP

Berenberg joue la montée en puissance du LEAP chez Safran
Anthony Bondain — Boursier.com – Publié le 09/01/201

Les investisseurs sont plus prudents aujourd’hui qu’hier à l’approche des lancements de gros programmes aéronautiques. L’expérience récente montre que les délais sont parfois difficiles à tenir ou que les projets sont sources de remous industriels majeurs. Cela peut concerner un produit fini, à l’image des programmes A380 ou B787, mais aussi des composants, comme les sièges Zodiac de l’A350 ou les moteurs P&W de l’A320neo. Safran se retrouve dans la situation d’un industriel à l’aube d’un grand chambardement, puisque son moteur LEAP doit remplacer la star CFM56, un réacteur né de la coopération entre Snecma et General Electric, qui équipe 11.000 monocouloirs actuellement, ainsi que des avions militaires.

Un programme qui avance bien

« Les signes précurseurs pour le moteur LEAP sont encourageants », explique aujourd’hui le bureau d’études Berenberg, qui juge que le risque lié au programme a tendance à s’atténuer, alors qu’il a pesé sur le parcours de l’action Safran au cours des derniers mois, empêchant le dossier d’afficher la même hausse que ses comparables. Pour le moment, la phase d’entrée en service du LEAP-1A dédié à l’A320neo s’est déroulée sans heurts, précise l’analyste, et les performances sont au rendez-vous. L’enjeu principal désormais, de l’avis du spécialiste, est d’assurer la montée en cadence de la production, qui doit atteindre 2.000 unités par an e